Les Terres d'Elrassa Index du Forum
Les Terres d'Elrassa
Bienvenue à toi, aventurier, sur Les Terres d'Elrassa, où une guerre centenaire lie les différents peuples vivants sur cette terre, à toi de te faire une place parmis eux
 
Les Terres d'Elrassa Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue 
:: Retour chez les humains ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Elrassa Index du Forum -> Est -> les plaines -> territoire des humains -> auberge
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Khalaan
adepte de la Lumiere
adepte de la Lumiere

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 21
race: Lumiere-elfe
Sexe: Féminin
Age: 250
classe: Animorphus (Elfe-Drow)
caracteristique mentale: Patiente et Observatrice
caracteristique physique: De longs cheveux couleur d'ébène, des yeux verts tels de jeunes feuilles de printemps, fine et élanc
xp: 85
niveau: 2
Or: 100 Ar

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 20:11 (2008)    Sujet du message: Retour chez les humains Répondre en citant


Entre le moment où j'ai reconnu Yvan, le père de Romuald, et celui où j'ai repris conscience je ne me rappelle de rien. Je suis dans un lit, avec des draps de toile et une grosse couverture en laine. La chambre sent bon les fleurs des champs. La fatigue a disparue, de même que la douleur à ma cuisse. Je suis dans un cocon de chaleur et de bien-être, allongée ainsi sous les draps. Dehors, il fait jour. Il me semble être arrivée au crépuscule. J'ai du dormir toute la nuit. Et bizarrement, j'ai encore envie de dormir. Je referme les yeux et repars aux pays de songes, un mince sourire aux lèvres.

Lorsque j'ouvre les yeux à nouveau, le soleil est encore lever. J'ai m'assoupir quelques instants.  Je cligne des yeux pour en chasser la fatigue. Je sens une présence dans la pièce. Mais je ne ressens aucun danger. Je tourne la tête et crois le regard d'Yvan. Il me sourit et je lui rends son sourire. Je me sens toujours aussi bien mais plus reposée. Il s'approche du lit, s'y assoit et me regarde. Doucement, je me redresse sur mon lit et m'adosse aux oreillers.


" Bonjour ma chère amie des forêts. Le sommeil vous a-t-il fait du bien?" me demande-t-il d'une voix douce.
" Bonjour Vénérable. Je me sens beaucoup mieux. Vous avez dû soigner ma cuisse car elle ne me fait plus souffrir et les courbatures ont disparu. Merci d'avoir pris soin de moi." lui dis-je, les mains croisées sur la poitrine en signe de remerciement.
" Oh, si c'est le prix à payer pour voir son fils revenir en vie, je veux bien le payer tous les jours qu'il me reste a vivre." dit-il en faisant entendre un petit rire.
" Cela veut dire que Romuald est en vie? Qu'il va bien?"
" Oui, ne vous en faites pas. Il était à la limite de la mort quand vous êtes arrivés mais grâce aux bons soins de notre guérisseur et de sa mère, il se remet doucement. Mais je pense qu'il ne ne réveillera pas avant plusieurs jours. "
" Au moins, j'ai réussi à le ramener vivant. Mais, j'ai dormi combien de temps?"
" Vous avez dormi pendant 2 jours entiers tant ta fatigue était grande."
" 2 jours! Je ne pensais pas autant. Que s'est-il passé pendant tout ce temps?"
" Si vous vous sentez capable de vous lever, nous en parlerons devant un bon repas. Ma femme m'en voudrait si je parle en laissant mourir de faim celle qui a sauvé notre fils"
" Oui, je pense pouvoir me lever, euh, si vous voulez bien me donner mes vêtements..."
" Oh pardon, bien sûr je vous les amène tout de suite."


Sur ces paroles, il sort de la chambre et revient deux minutes après avec mes habits. Il me dit de le rejoindre en bas dés que je serais prête.
Après qu'il soit partis, je reste encore quelques minutes à savourer la chaleur des draps. Je regarde autour de moi. La chambre n'est pas très grande mais très claire. La fenêtre est grande ouverte. La pièce est meublé avec des meubles simples, la plupart en pin, mais  bien entretenus et excellent état. Sur une petite table à côté de moi, il y a un vase avec des fleurs fraîches. Puis, avec précaution, je m'assoie sur le lit. Je sort les jambes de sous les draps et frissonne légèrement. Je pose les pieds sur le sol, me lève et fait quelques pas. Tout va bien, je suis en forme. Je m'habille alors rapidement car je sens la faim qui se réveille. Je sort de la chambre et descend l'escalier. Je trouve la cuisine à l'odeur alléchante qui s'en échappe.
Je pousse la porte et je vois une forme se jeter sur moi. Et qui m'embrasse et qui me remercie et m'embrasse encore et m'installe à table et me sert à manger et m'embrasse encore. C'est la mère de Romuald, Dame Solange. Puis elle s'assoie avec nous à table et me couve de son regard comme une mère poule sur ses poussins. Je la remercie vivement pour tout et commence à manger. En même temps, je questionne Yvan :


" Alors mon ami, dites moi ce qu'il s'est passé pendant mon sommeil."
" Et bien, Lorsque vous êtes arrivés, épuisés et blessés, un drame venait de se produire au village. L'un des membres du conseil de Anciens, Baelin, est..." dit-il sans achever sa phrase.
" Mort? Grande déesse, Je suis désolé. Comment est-il mort? "
" Oui, il est mort, mais ni de maladie, ni de vieillesse. Il a été assassiner. " confirme-t-il devant ma mine effarer " Il a été décapité. Mais le tueur s'est enfuie avant que l'on puisse faire quoique ce soit."
" Un meurtre? C'est impossible! Qui aurait pu commettre une telle horreur? " demandais-je dégoutée
" On a d'abord soupçonné la fille de l'aubergiste parce qu'il avait exercer des pressions sur son père. Une vieille histoire d'argent. Mais vous imaginez une jeune fille décapiter un homme faisant deux fois son poids et ce sans la remarquer?
" Non, je l'imagine mal, surtout si c'est une humaine qui essaie de passer inaperçue. Oh pardon Yvan. Je n'ai pas encore l'habitude d'être parmi des hommes. Je pense que vous n'êtes pas rester sur votre première idée? "
" Effectivement, on a vite abandonner cette piste. Puis son fils, Berthil, un sacré chenapan celui-là, s'est présenté à nous et nous a donné un description du prétendu assassin. Un homme brun de taille moyenne, avec des cheveux noirs et un air un peu bizarre. "
" Mais, ce Berthil, c'est ça? Il a vu le meurtrier? Il était présent quand cela c'est passé?"
" Nous n'en avons aucune idée. Il est possible qu'une servante est assissté à la scène et l'ai rapporté à son maître. Mais cela ne nous aide pas du tout, prés d'un tiers des hommes sont de taille moyenne aux cheveux noirs avec un air bizarre. Seulement, Berthil offre une grosse prime pour qui le ramènera.
" Une prime? Tout le monde va vouloir dénoncé tout le monde juste pour le prime.Elle s'élève à combien?"
" Je crois que ce sera une prime de 100 pièces d'or. Mais cette histoire n'est vraiment pas clair.
" Je ne vois pas en quoi elle n'est pas clair. Un homme meurt assassiner, le meurtrier s'enfuit, son fils offre un prime à qui le ramènera. C'est simple. Reste à trouver l'assassin. Mais si c'est un homme du néant ou un drow qui a commis ce crime, vous ne le retrouverai jamais. "
" Ce qui n'est pas clair, c'est que Berthil vient d'être nommé au conseil des anciens pour remplacer son père. Alors que normalement seuls les membres les plus vieux et les plus sages peuvent siéger à ce conseil. Les gens commencent à se poser des questions. Ce n'est pas une fonction héréditaire. Donc nous essayons de tirer cette affaire au clair."
" Ah, vu comme cela, oui je comprend ce qui cloche dans cette histoire." dis-je en me tournant vers Yvan "Vous ne pensez quand même pas à un...."
" Hélas, si je crains que nous ne sachions déjà qui à tuer Baelin. Je suis désolé que cela vous touche autant, mais c'est la vérité."
"Cela me touche d'autant plus que, nous, les elfes, vénéront la vie plus que tout. Il nous est impensable de tuer nos semblables ou tout être vivant pour le plaisir ou pour obtenir quelque chose. Encore moins un membre de notre famille. Nous tuons pour nous nourrir, pour nous défendre mais nous ne provoquons pas les conflits ni la mort volontairement. Il est vitale de maintenir l'équilibre entre les différentes force de la nature. Cet acte est abhération, ce n'est pas naturel, cela ne rentre pas de le cycle de notre Mère la terre. Je n'ai pas de mot assez fort pour vous décrire ce que je ressens tant ma colère et ma tristesse face à cette mort tragique et inutile sont grandes. Je ne peux pas rester indifférente. Je dois vous aider à rétablir l'ordre des choses car cela perturbe la terre. Je peux le sentir. Elle proteste contre cette abomination. "
" Toute aide sera la bienvenue. Merci au nom du village. Je vais de ce pas annoncer la nouvelle aux membres du conseil."
" N'en faites surtout rien, car sinon je ne pourrai rien apprendre, la vérité s'échappera avant que je ne puisse commencer à en discerner les contours. Que cela reste entre nous. Il ne faut pas que votre famille devienne la cible de ce meurtrier."
" Ah, oui, je n'avais pas pris en compte tout ce que cela pouvait impliquer. Je manque de prudence. Faites selon votre conscience."
" Hum.... Je vais commencer par aller présenter mes condoléances à Berthil, car il doit vivre un enfer" dis-je avec une léger sourire. " Merci, Dame Solange pour ce repas succulent. Je vous rends hommage pour votre dévouement envers moi. Je vous rendrais tout ce que vous avez fait pour moi dés que je pourrais. "
" Nous ne demandons rien pour ce que nous avons donner, Demoiselle. Tout est donné avec le coeur." me répondit Solange.
" Alors tout vous sera rendu avec et par le coeur" dis-je en m'inclinant devant elle.


Après les avoir remerciés encore une fois, je monte dans la chambre récupérez mes armes. Puis je redescend et sort de la maison. Mon apparition attire tous les regards. Je m'approche d'une femme qui est en train de balayer devant chez elle. Je m'incline devant elle et lui demande gentiment où je pourrais trouver Messire Berthil, afin que je puisse lui présenter mes condoléances pour la perte de son père. Elle paraît surprise par tant de courtoisie et de politesse et m'indique en bégayant un peu qu'il se trouve à l'auberge. L'auberge "La maison d'Opaline".



_________________
Oh Terre Mère!
Bénit nous de tes bienfaits,
Accueille nous en ton sein.

Toi étranger Qui ose profaner cette terre,
Fuit mon courroux Ou périt par ma lame
Ainsi soit-il...

Khalaan Eärydith, Rôdeuse Des Hautes Elfes Des Havres Gris
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Avr - 20:11 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Elrassa Index du Forum -> Est -> les plaines -> territoire des humains -> auberge Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com